dimanche 7 juillet 2019

Polysémie

Les belles lettres, les bons mots



Kézako ??? 
En linguistique, la polysémie désigne la propriété d'un signifiant de renvoyer à plusieurs signifiés présentant des traits sémantiques communs
Mouais... Essaie encore une fois !

Pour faire plus simple donc, puisque vous êtes une bande de petits obsédés et que vous ne comprenez qu'un seul langage, prenons un exemple : le verbe transitif  mater.
Le Larousse en donne plusieurs sens, dont certains nous intéressent particulièrement :
- Soumettre quelqu'un à son autorité, le réduire à l'obéissance : Les punitions ont fini par la mater.
- Arrêter le développement d'une action, réprimer : Mater une révolte. 
- Regarder, surveiller : Mate un peu si le professeur arrive.
- Regarder en étant caché, épier.

Si, nonchalamment étendue sur mon lit et confortablement planquée derrière l'écran de mon portable, égrenant les pages des Jolies Petites Punitions de Monsieur Méchant, je m'écris : "Mate-moi un peu le cul !", je recours involontairement à une polysémie susceptible d'engendrer une méprise* chez mon auditeur. Face à cette insoutenable interrogation qui l’étreint au moment de répondre à mon invitation, Chérififi, inventeur de la mauvaise foi, choisira sans surprise de comprendre que je lui demande de me déculotter et de me fesser ! (Et si j'ose protester, Chérififi remarquera à juste titre que ce ne sont pas des façons de parler pour une jeune femme, non mais, et que je ne récolte que ce que je mérite.)

*Le phénomène si typique du langage naturel qu'est la polysémie pose au moins trois problèmes étroitement liés (...) celui du découpage des sens, c'est-à-dire de leur découverte et de leur définition; celui des relations que ces sens entretiennent et celui de la levée des ambiguïtés au plan du discours (R. Martin, Esquisse [infra bbg.], p.125).

6 commentaires:

  1. J'ai cherché désespérément une faute de grammaire dans votre texte pour vous "corriger". Je crains qu'il en soit tristement orphelin et que la polysémie que j'aurais pu crânement illustrer reste à l'état végétatif....
    La semaine commence vraiment mal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ça pour... rien ? Ben merdalors !
      Encore un drame humain de la robotisation : les correcteurs vont mettre les fesseurs au chômage. Si c'est pas un comble.

      Supprimer
  2. "Le phénomène si typique du langage naturel qu'est la polysémie pose au moins trois problèmes étroitement liés (...) celui du découpage des sens, c'est-à-dire de leur découverte et de leur définition; celui des relations que ces sens entretiennent et celui de la levée des ambiguïtés au plan du discours (R. Martin, Esquisse [infra bbg.], p.125)."
    Eh bé....tu t'es goinfrée 125 pages de ce pensum pour en arriver là? Moi je dis chapeau!! Belle leçon de courage pour nous apprendre des mots qui, au fond, ne servent pas à grand chose....Tu nous fais un truc sur "cucurbitacée" un de ces jours prochains, en attendant le célèbre "concupiscent"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Cucurbitacée" ? Je le vois carrément bien en safeword celui-là 🤣 Preuve de l'importance et de l'utilité des mots, si besoin en était. Pisse-froid va ! Pardon, con cul pissant va !

      Supprimer
    2. Et sinon, pour les amoureux de la langue, il y a le fabuleux site du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (cnrtl)

      Supprimer
    3. Question amoureux de la langue, tu me compter parmi les adeptes...(Tu nous détailles le mot cunnilingus aussi?)

      Supprimer