mardi 25 septembre 2018

Sorcière, sorcière

Prends garde à ton derrière !

Qui ne connaît pas Les contes de la rue Broca, et La sorcière de la rue Mouffetard, de Pierre Gripari ? Il n'y est pas question de fessée, mais d'une vilaine sorcière du placard aux balais, hantant la maison que Monsieur Pierre vient d'acheter à un notaire peu scrupuleux qui s'est bien gardé de l'informer de la présence de l'intruse. Cette sorcière ne sort de son placard qu'à la nuit tombée, et seulement après avoir été invoquée, ou plutôt provoquée, par une petite chanson :
Sorcière, sorcière,
Prends garde à ton derrière !
Elle s'empare alors des pauvres âmes qui échouent à l'épreuve des trois vœux en ne parvenant pas à lui demander une chose impossible. La sorcière sera finalement prise à son propre piège, se transformant en grenouille à cheveux qui une fois tondue, perdra ses pouvoirs maléfiques.

Pourquoi je vous raconte tout ça ?

*****

© Louis Maurice Boutet de Monvel, La leçon avant le sabbat, vers 1880

Le don se transmet de générations en générations, par la lignée féminine. Chacune s'en est découverte héritière pendant l'enfance, chacune a appris seule à s'en accommoder. Aucune de celles que j'ai connues n'en a fait fond de commerce, aucune d'elles n'a cherché à le développer auprès de ses semblables. Tout juste certaines l'ont pratiqué du bout des doigts, et toujours dans le plus grand secret. Ce n'est pas un sujet de conversation qu'on aborde aux repas de famille, entre le fromage et le dessert, après que le vin a délié les langues et en présence des hommes qui, depuis deux mille ans, ont vu d'un œil mauvais l'existence et l'exercice de ces pouvoirs occultes remettre dangereusement en cause leur statut de dominants naturels et culturels. Les femmes ont autrefois payé cher le fait d'être trop libres, trop fortes, trop indépendantes, trop savantes et, ce faisant, de contester l'ordre établi. Après tout, la concurrence déloyale est sanctionnée encore aujourd'hui !

Sibylle je suis, donc, de mère en fille. Et pour un raté le week-end dernier, j'admets mériter une fessée (et pas le bûcher !). Comme ces consœurs qui, visiblement, ont été corrigées ; et si vous ne savez pas pourquoi, elles le savent. On notera sur la dernière image la présence d'un martinet sur la table ?!
N'hésitez pas à cliquer sur chaque illustration pour admirer en taille originale le travail de Christal et de Pierfes qui m'ont très gentiment prêté un coup de main et leurs talents artistiques pour retoucher les rondeurs et les couleurs de ces diablesses, et que je remercie chaleureusement.

© Albert Joseph Pénot, Départ pour le Sabbat, 1910
(retouche Christal)

© Félicien Rops, La petite sorcière, 1897
(retouche Christal)
© Antoine Wiertz, La Jeune Sorcière, 1857
(retouche Pierfes)

© Jean Morisot, titre inconnu, 1925
(retouche Pierfes)

© Les Rita Mitsouko, La sorcière et l'inquisiteur (1999)

18 commentaires:

  1. Faute(s) avouée(s) à moitié pardonnée(s)...reste l'autre moitié ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme vous êtes à moitié bon ! Sachez que j'apprécie votre demi-mansuétude, sourire ;-)
      Quant à ma moitié restante, c'est l'affaire de ce Lui qui se prendra pour mon Grand Inquisiteur et qui s'emploiera à me faire abjurer mes Dieux païens... ou pas !

      Supprimer
    2. Mon bon coeur me perdra...!! Vivement! Et vous serez soumise à la flagellation et maints autres supplices, jusqu'à ce que vous cédiez. ^^

      Supprimer
    3. Ou que l'appendice vengeur de mon Inquisiteur, sous l'effet d'un sortilège de mon cru, finisse pas sécher et tomber ! 👅

      Supprimer
    4. Vous vous priveriez donc de plaisirs qui vous sont si chers?!! Sorcière, dites vous? Je tenterais plus à croire que vous soyez une Sainte! ;D

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas l'histoire de la tonte de la grenouille...J'en étais resté à la Libération....De toutes façons, que ce soit une grenouille ou une femme, moi ce que je préfère, ce sont les cuisses....même si jouer avec les cheveux peut être ludique, et quant à tondre quelque pilosité, je crois (crôa?) bien que tu nous en as longuement fait l'analyse dans un post précédent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parle pas ici d'épuration mais d'Inquisition... m'enfin si vous en êtes resté à la Libération, je doute quand même que votre grand âge ramène votre naissance au Moyen-Âge (bien que je ne nie pas que vous ayez parfois un petit côté Jacquouille la Fripouille)
      Et cessez de croasser, vous ne ferez croire à personne que sous vos airs de vieux crapaud se cache, une fois tendrement baisé, un prince charmant !

      Supprimer
    2. le prince charmant, certes caché sous des atours quelque peu grivois, se demande juste où donc va finir le manche du balai de la dernière illustration...j'ai bien une idée...

      Supprimer
    3. Dans ton c** ! (Fallait pas demander aussi :-p )

      Supprimer
    4. rhoooo......des promesses, toujours des promesses....

      Supprimer
  3. Ho mais tu fais dans l'historique, bravo (dis-je en remuant mon nez)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ha ha, non, je fais dans l'ésotérique (dis-je en caressant mon poireau et mon menton en galoche)

      Supprimer
  4. Il m'est arrivé de me sentir ensorcelé ! Je comprends mieux maintenant, grâce à vous chère Miss Anony! Et grâce aux deux artistes qui ont enjolivé vos illustrations !
    Chapeau ! ... pointu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Turlututu ! Cessez votre raffut !
      Je vous vois venir avec votre verbiage : qui veut noyer son chien l'accuse de la rage, qui veut fesser un arrière-train l'accuse de n'être point assez sage. Dans votre cas, il ne saurait être question ni de sorcellerie ni de sortilèges, mais de votre faiblesse pour le sexe faible ;-)

      Supprimer
    2. Point d'affolement, je donne aussi dans le désenvoutement et l'exorcisme, rire ! ;-)

      Supprimer
  5. Ah, j'adore ces contes, ils sont dans ma bibliothèque ! Bon, j'ai pas que ça comme lecture mais je m'y replonge avec les enfants.
    Le monde si particulier des sorcières, magiciennes, conjureurs y croire, ne pas y croire ? Moi je vote pour ! Et aussi pour les anges et les démons 😉
    Du moment qu'à la fin quelque soit qui je suis, je puisse recevoir une fessée, méritée bien entendu !

    PS : ils rendent bien mes petits montages 😀

    Christal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère Christal / Céline,
      Ne vous inquiétez pas de vos mérites : si vous les ignorez, votre Grand Inquisiteur, lui, saura bien les dénicher ! Je le devine suffisamment adroit (quoique... sourire) et perspicace pour n'être point dupe du démon qui sommeille sous vos oripeaux d'angelot ;-)

      Quant à vos retouches, elles sentent le travail de professionnelle... si ce n'est de l'infographie, du moins de la fessée, rire ! Elles rendent plus que bien, je les adore. Merci encore 💋

      Supprimer