jeudi 13 septembre 2018

La leçon de piano

Faute de grives on mange des merles

N'ayant su trouver d'image pouvant illustrer une leçon de guitare ou plutôt l'idée très particulière que je me fais d'une leçon de guitare, il m'a fallu me rabattre sur une leçon de piano... Si j'ai bien une guitare à la maison, celle de feu mon grand-père, je n'ai pas de piano. Mais pour rêver, il n'est nul besoin de s'en tenir ni à la réalité ni à la matérialité. Adieu à la "Romance" en mi mineur de Jeux interdits (1952), qui me semblait pourtant plus qu'appropriée, et transposons-nous en do majeur pour se frotter à la version (simplifiée pour les débutant(e)s) de "The Entertainer" de Scott Joplin.

Dès la première leçon, il semble évident au Professeur que la demoiselle n'a pas jugé utile de s'astreindre aux exercices quotidiens qu'il lui avait pourtant recommandés afin de débuter sur des bases saines : la dilettante n'a tout bonnement pas pris la peine de faire ses gammes et a insouciamment attendu que le jour de sa leçon soit venu pour s'atteler à sa tâche sous la férule de son enseignant. Comment, dans de telles conditions, apprendre le placement des mains, acquérir le toucher et la dextérité nécessaires pour progresser ? Il n'en faut pas plus au professeur, roué à la prise en main des mauvaises élèves, pour poser aussitôt les règles de bonne conduite qu'il entend appliquer avec force et constance à la vilaine, à savoir de sévères sanctions pour tout manquement aux consignes hebdomadaires : pour cette fois, une humiliante fessée déculottée assenée au rythme du ragtime et au son des gémissement et jérémiades de la désinvolte jeune femme.


La deuxième leçon arrive la semaine suivante, qui doit permettre d'aborder la partition du morceau sélectionné en dissociant les deux portées - main droite et main gauche - sans qu'il n'ait été exigé que chacune soit apprise par cœur. Nouvelle carence, nouvelle déception, qui incite le professeur à entrer de manière plus incisive dans le vif de son négligent sujet : puisque la fessée n'a pas porté ses fruits, le répétiteur monte en grade et sort les cannes en rotin, de différentes tailles, diamètres et flexibilités, pour zébrer durablement le cul de l'étourdie, debout penchée sur le clavier qu'elle néglige tant, espérant que les traces piquantes qui devraient persister quelques jours sauront rappeler la demoiselle à ses devoirs.


Las, à la troisième leçon qui doit voir les deux mains se coordonner dans un ballet de doigts agiles et précis pour former la mélodie mondialement connue, rien n'a changé ! Monsieur hésite alors entre ficeler l'inconséquente à son instrument le temps qu'il faudra, pour qu’indéfectiblement lié à lui, elle ne puisse plus l'ignorer, et attacher la fumiste sur son instrument pour lui jouer un petit concert très privé tout en se dédommageant grassement et à sa guise de ses inutiles et considérables efforts, selon son bon plaisir...


PS : Pour ceux qui ne l'aurait pas encore remarqué, en dépit du titre trompeur, cet article n'a donc aucun rapport avec le film La Leçon de piano de Jane Campion avec les très appliqués à leur travail Holly Hunter, Harvey Keitel, Sam Neill et Anna Paquin, sorti en 1993, et qui cumula pas moins de 10 prix et 23 nominations, dont trois Oscars, un César, deux palmes au Festival de Cannes etc etc.  Ah si, il y a tout de même une histoire de piano et de cannes en commun !

13 commentaires:

  1. Alors, le ragtime, puisque tu y fais allusion dès le début de ton post...forme musicale très encadrée. Au départ, douze mesures avec pédale de basse, en générale répétée deux fois....logiquement en 4/4...soit...tout cal...cul fait 96 claques pour commencer...ensuite passage en mineur, donc moins fortement appliquées ( les claques), mais en nombre équivalent....reprise....plus la tournée du chef ensuite....ouaouh....la prochaine fois, elle fera la pompe (euh de la main gauche...,essentielle dans le ragtime!) correctement...ou alors, elle préfère être sur les genoux du maître de musique que sur le tabouret de piano!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En 4/4... le véhicule automobile tout-terrain ?! Pardon, mais enfin, votre commentaire très pointu pour les non initiés a le mérite d'être également incompréhensible pour les dyscalculiques dont je suis une pas très fière défenseure et représentante, coiffée de l'infamant bonnet d'âne et calculette en poche. Je crois qu'avec un tel professeur, je préfèrerais... rester à la maison et apprendre la broderie au point de croix !

      Supprimer
    2. Pas de problème, je pourrais me déplacer à domicile s'il le faut pour t'apprendre tous les arcanes cachés entre les notes du ragtime, et profiter de tes leçons de point de croix (de Saint André peut être?)

      Supprimer
  2. Oh et bien si mes cours de solfège et de Saxophone avaient été identiques, je peux Vous dire que je me serais appliquée et je serais devenue une prodige!!
    Belle photo encore une fois! Vous n'êtes jamais à court d'idées!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mmm, divin saxophone à la mâle voix veloutée et ensorceleuse... Par ailleurs, il n'est jamais trop tard pour bien faire : je me répète, vingt fois sur le métier etc 😉

      PS : je ne suis jamais à court de divagations parce qu'il est à la fois enfantin et peu exigeant de broder sur des images, fille facile que je suis ! Vous ma chère Cléa, ainsi que notre amie Héléa, commettez des billets doux autrement plus élaborés et sensibles dans ce qu'ils livrent pudiquement de vous-même.

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais pris de cours de piano. Mais comment dire, les deux dernières photos.... Pff, j'ai chaud, moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, vous avez la corde sensible vous aussi, sourire ?...

      Supprimer
  4. Quelle leçon vous nous donnez là, ma Chère AnonyMiss!! Mais ne seriez vous pas d'accord, tout est question de "tempo"(en Italien)qui signifie à quelle vitesse va être jouée la musique. Quelques exemples: "Lento"= 52-68 battements par minute - "Adagio"= 60-80 battements par minute - "Allegro"= 112-160 battements par minute. Notez que ce ne sont que des indications. Libre à l'artiste de choisir son "tempo" selon son humeur. Et pour garder le bon rythme des battements, je ne peux que conseiller, vivement, un instrument de torture, qu'est le métronome!! Outil essentiel pour l'artiste pour indiquer un tempo stable, un battement régulier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il paraît que depuis la sortie de Cinquante nuances de Grey, Décathlon a vu ses ventes de cravaches augmenter en flèche. Pensez vous qu'après cet article, la vente de métronomes explose, sourire ?...

      Le tempo qui me conviendrait le mieux serait sans doute celui de deux cœurs battants à l'unisson de leurs émois, adagio donc, avec peut-être parfois quelques pics allegro... ma non tropo !

      Supprimer
    2. En voilà une belle et douce mélodie. Fermez les yeux, et écoutez...

      Supprimer
    3. https://www.youtube.com/watch?v=k_UOuSklNL4

      Supprimer
  5. Il importe lors d’une séance d’apprentissage de la musique que la notion de rythme et de cadence soit bien en place ! Noire noire croche croche noire … A partir de là, on peut improviser une mélodie avec des vocalises sur plusieurs octaves.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rire ! A coup sûr, cette mélodie tiendra plus de la musique moderne, entre atonalité et dodécaphonisme à la Béla Bartók, que de la musique de chambre de la période classique, comme ce coquin de Mozart. A tester pour confirmer ;-)

      Supprimer