mardi 10 juillet 2018

Des culottes et déculottée

© Isabelle Follador

Les soldes ne sont plus la Grand Messe de la consommation du temps jadis (celui de quand j'avais vingt ans, mais pas d'argent). Aujourd'hui, en deux semaines, c'est plié, n'y revenez plus. Mon dressing ne s'en porte pas plus mal, à l'inverse de mon tiroir à culottes qui, gueule béante sur un vide abyssal, hurle son désespoir. Car, si contrairement à beaucoup de mes congénères (à ce qu'il paraît), je n'ai pas de culotte fétiche, je suis néanmoins une fétichiste de ce petit bout d'étoffe. C'est qu'il faut bien en porter une pour pouvoir jouir de la honte de se la faire baisser !

Autrefois, j'en avais plein : des petites culottes en soie brodées aux jours de la semaine, des petites culottes Petit Bateau en coton blanc, des petites culottes en tulle ou en satin nouées sur les côtés, des petites culottes avec froufrous et volants, des petites culottes en dentelle avec porte-jarretelles assortis... Mon tiroir regorgeait de trésors, sous lesquels dormaient un French Martinet Jack's Floggers et un tawse tout aussi anglais ! Quel plaisir d'y plonger les mains, de caresser les tissus chatoyants et le cuir autant que le souvenir des cuisants moments qui leur étaient rattachés...

C'est un fait, mon tiroir à culotte est le baromètre de ma libido. Et je suis bien décidée à le remplir à nouveau !  Et comme je ne suis pas la moitié d'une vilaine, il se peut que Grand Méchant Loup tombe nez à nez avec un autre spécimen de son espèce :
 


Lingerie Glam Your Clam ® de Isa Lappalainen
On naît vilaine... ou on ne l'est pas !:-D

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire